Identification

La prononciation de l'allemand

Les français disent souvent que la prononciation de l'allemand n'est pas difficile pour eux. Il serait intéressant d'avoir le point de vue des allemands sur la question ; les français prononcent-ils bien l'allemand ? La question de la prononciation recouvre plusieurs problèmes bien différents :

Quelle prononciation ?

La langue allemande présente une très grande diversité géographique, en termes de vocabulaire, de syntaxe, et bien sûr de prononciation. Les différences sont telles que, par exemple, un allemand du nord et un allemand du sud peuvent avoir du mal à se comprendre. Pour un étranger apprenant l'allemand, cela peut être un souci : quel allemand dois-je apprendre ?

Connaître les sons de l'allemand, savoir les reconnaître et les prononcer

Certains sons de l'allemand ressemblent beaucoup à des sons du français : le 'w' de Wasser se prononce pratiquement comme le 'v' de 'vin'.
D'autres sont subtilement, mais significativement, différents : le [t] de 'Turm' est quasiment identique à celui de l'anglais 'tower', et ce [t] est suivi d'une aspiration [] qui n'est pas présente dans le [t] du français 'tour'. En première approximation, ce n'est pas bien grave, mais prononcer 'Turm' sans cette aspiration contribue fortement à vous donner un accent français.
D'autres enfin, sont complètement étrangers au français : c'est le cas du son noté 'ch' dans Bach, prononcé [x], et de l'autre son noté également 'ch' dans ich, prononcé [ç]. C'est aussi le cas des voyelles 'relâchées' ɪ, ʊ, ʏ, des mots Bitte, Kunst, Müll, et des voyelles ə, ɐ que l'on entend à la fin de Bitte [bɪtə] et de Messer [mɛsɐ].

Savoir comment les mots se prononcent, en particulier savoir comment un mot se prononce, sachant comment il s'écrit

Là encore, c'est moins évident qu'il n'y paraît : en principe, l'orthographe de l'allemand est 'phonétique'. Il serait plus juste de dire qu'elle est plus phonétique que celle du français ou de l'anglais, moins toutefois que celle de l'espagnol. Concrètement, quand vous avez sous les yeux un mot allemand écrit, vous pouvez savoir comment il se prononce, à deux choses près :
  • l'accent tonique n'est pas marqué, il vous faut deviner où il se trouve, ou le savoir par coeur
  • l'écriture ne distingue pas, du moins pas systématiquement, la longueur / le timbre des voyelles.
C'est un vrai problème, surtout pour ce qui concerne l'accent tonique, car celui-ci détermine le rythme de la phrase, et son bon positionnement est essentiel à la compréhension. Heureusement, on peut la plupart du temps déterminer la position de l'accent tonique en appliquant quelques règles simples et les exceptions sont assez rares (leˈbendig : vif, animé).

Connaître et savoir reproduire le rythme de la phrase et son intonation (sa ligne mélodique).

En allemand chaque mot, prononcé isolément, porte un accent tonique, qui peut être a priori sur n'importe quelle syllabe. Dans la phrase, les mots 'importants' conservent cet accent; la phrase se prononce de manière que ces accents interviennent à intervalles réguliers, tout comme en anglais. Cela aboutit à ce que les syllabes non accentuées entre deux accents marqués, soient prononcées plus ou moins rapidement, à une vitesse à peu près proportionnelle à leur nombre. La durée des syllabes est par conséquent très variable. Le français procède de manière radicalement différente : les syllabes ont toutes à peu près la même durée et l'accent de mot (toujours sur la finale) n'est guère perceptible.

L'intonation, c'est la mélodie de la phrase ; il existe plusieurs schémas, plusieurs mélodies-type, qui s'articulent sur les syllabes accentuées. Chaque mélodie exprime une certaine attitude du locuteur, définitif / appelant une suite, neutre / emphathique, etc... Là encore, l'allemand est proche de l'anglais, avec toutefois des mélodies moins amples (l'anglais peut monter très haut et descendre très bas), et moins variées. Afin d'exprimer finement l'attitude du locuteur, l'allemand s'appuie davantage sur des mots spécifiques (particules modales et illocutives).